Les effectifs de la branche assurance

Evolution des effectifs dans l'assurance

En 2020, malgré le caractère exceptionnel de la crise sanitaire, les effectifs de la branche affichent la plus forte croissance de la décennie : +1%, soit 1 500 personnes supplémentaires. On recense ainsi 149 100 salariés au 31/12/2020. Cette évolution positive confirme non seulement la bonne résistance de l’emploi dans l’assurance mais aussi la tendance haussière engagée depuis 2016. Sans surprise, le turnover est en baisse cette année et passe de 10,9% à 9,6%. La hausse conséquente des effectifs s’explique donc dans une large mesure par le maintien de l’essentiel des recrutements initialement prévus.

Portraits des domaines de métiers

Premier en volume, le domaine Distribution et développement commercial (B) renforce son poids dans les effectifs par l’élargissement de son assiette de consolidation. En effet, le domaine inclut désormais dans ses rangs les métiers de la Souscription, prévention et vente d’affaires (B3).

L’ancienne famille de métiers Gestion de contrats disparaît pour mieux renaître via deux domaines distincts : Indemnisation, prestations et solutions d’accompagnement (D), dont la fonction prend ainsi la deuxième place du classement, et Relation client et opérations d’assurances (C) qui se positionne en quatrième place, quasiment dans le même ordre de grandeur que Systèmes d’information et appui à la transformation digitale (G) qui conserve sa troisième place.

Deux autres domaines dépassent également la barre des 5% : Pilotage économique, comptable et financier (J), sur un périmètre très proche de l’ancienne version, mais surtout Environnement de travail et appui aux équipes (F) dont la fonction, désormais reconnue sur un périmètre élargi, lui permet d’occuper le sixième rang.

Sans aller plus loin dans le détail de cette nouvelle partition, on continue de constater que les métiers-cœurs de l’assurance (en orange dans le graphique qui suit) occupent très exactement les deux tiers des effectifs de l’assurance, versus un tiers pour les fonctions supports et de pilotage (en beige).

Répartition par domaine de métiers en 2020 dans l'assurance

Les actions de formation

Les chiffres de la formation peuvent parfois fluctuer de manière importante selon les années et les projets déployés, 2020 restera en tout état de cause à part, vraisemblablement à mettre entre parenthèses. C’est en effet un euphémisme que de dire que la brutalité de la crise de la Covid 19 a pris de court tout le monde et mis à mal tous les plans… de formation notamment.

D’une part, assurer la continuité de l’activité s’est imposé comme le chantier prioritaire. D’autre part, les actions de formation, telles qu’elles avaient été conçues, c’est-à-dire majoritairement en présentiel, n’ont pas pu être déployées sous leur format originel. Même celles pensées dès le départ en blended, c’est-à-dire mixtes, n’ont pas pu être mises en œuvre sans refonte et remise à plat des méthodes pédagogiques sélectionnées.

Malgré tout, de très nombreuses sessions ont pu être assurées en distanciel, moyennant des adaptations et l’usage parfois expérimental des fonctionnalités offertes par les plateformes de visioconférence. Formateurs et formés ont ainsi fait ensemble l’apprentissage de ces nouveaux outils. Cela explique le maintien du taux d’accès moyen de la profession à son niveau déjà exceptionnel : 89,2%.

Dans le détail, 9 salariés formés sur 10 l’ont été dans le cadre de formations ouvertes et à distance (FOAD), modalité pédagogique dont l’une des spécificités majeures est d’accroître l’efficacité de l’action formative dans un même temps imparti. Celles-ci ont ainsi constitué près de la moitié du total des heures dispensées durant l’année (48,3%).

Chiffres-clefs de la formation professionnelle continues en 2020 dans l'assurance

Les recrutements dans l’assurance

Si le taux d’embauche est en retrait par rapport à 2019, les particularités de cette année demandent à relativiser ce chiffre. D’une part, son caractère proportionnel tend à sous-estimer l’importance des 15 060 recrutements consolidés au 31 décembre, donnant à 2020 la médaille de bronze de la décennie. D’autre part, il est intéressant de relever que, malgré la baisse du turnover, les entreprises du secteur ont finalement maintenu l’essentiel des recrutements initialement prévus, d’où la hausse conséquente des effectifs de l’assurance.

Evolution du nombre et du poids des nouveaux entrants dans l'assurance
Chiffres-clefs des nouveaux entrants dans l'assurance

L’alternance dans l’assurance

L’importance de l’alternance dans les flux de recrutement

Après une année 2019 exceptionnelle, enchaînant sur une crise sanitaire et économique qui ne l’est pas moins, on aurait pu craindre que l’engouement des entreprises d’assurances pour l’alternance marque le pas… Il n’en est rien dans les faits puisque le nombre de salariés-étudiants embauchés en 2020 reste quasiment équivalent à l’an passé (3 740 vs 3 820) et que leur part dans les recrutements a même augmenté pour frôler 1 embauche sur 4 (24,9% précisément).

Dans ce contexte, on ne peut manquer de souligner la mobilisation de l’ensemble des sociétés d’assurances qui, grâce à leur politique volontariste, ont permis de parvenir à ce résultat particulièrement positif.

Evolution des recrutements d'alternants depuis 2010 dans l'assurance

La place de l’alternance dans les effectifs de branche

En 2020, le nombre total d’alternants en poste augmente encore pour atteindre 5 650 personnes (contre 5 590 en 2019). La part de cette population dans les effectifs totaux de la branche s’établit à 3,8%, soit son plus haut niveau historique.

Evolution du nombre total d'alternants dans l'assurance

De la gestion des âges…

Les tendances déjà à l’œuvre par le passé ne manquent pas de se confirmer cette année encore. Tandis que 640 personnes sont venues grossir la tranche d’âges des ≥55 ans (27 420 personnes en 2020 versus 26 780 en 2019), 420 personnes supplémentaires de <30 ans ont parallèlement augmenté le nombre de juniors (21 130 personnes en 2020 versus 20 710 en 2019). Ces deux groupes représentent respectivement 18,4% et 14,2% de la population totale.

La part des séniors progresse donc de manière constante et régulière au fil des ans, même si les classes d’âges intermédiaires rassemblent toujours légèrement plus des 2/3 des salariés de l’assurance.

Evolution des jeunes et des séniors dans les effectifs dans l'assurance

Les mobilités fonctionnelles dans l’assurance

A côté des mouvements d’entrées et de sorties, des flux importants de mobilités internes traversent les entreprises d’assurances. Selon les situations, le changement de poste peut se traduire pour le salarié qui en est le titulaire par :

  • un changement de famille de métiers ;
  • un changement de sous-famille à l’intérieur de la famille de métiers;
  • un changement de poste dans la même sous-famille.

La base de données du ROMA permet ainsi d’éclairer les flux de départs de l’entreprise et les mobilités internes des CDI, survenues entre les 31 décembre 2019 et 2020, selon les familles de métiers.

En additionnant la part des salariés qui quitte l’entreprise et celle des salariés qui change de métier d’appartenance, on peut alors calculer un taux de turnover global. De fait, il correspond aux efforts de recrutements externes et internes qui seraient à consentir par la famille de métiers pour maintenir ses effectifs stables.

Parmi les 137 990 salariés en CDI au 31/12/2019, près d’1 salarié sur 6 a été mobile en 2020 (versus 1 sur 5 l’an passé). Plus précisément, 8,6% ont quitté leur entreprise au cours de l’année et 7,1% ont changé de sous-famille en interne.

Si la mobilité externe est finalement demeurée relativement stable malgré la crise (rappelant qu’elle inclut les départs à la retraite), les mobilités internes ont quasiment été divisées par deux, chutant de 12,4% à 7,1%.

Là encore, le caractère atypique de l’année 2020 a très vraisemblablement pesé pour beaucoup sur la mobilité des salariés, du fait de la crise sanitaire et économique mais aussi de ses effets induits dans les comportements individuels et les ressentis à l’échelle de la société tout entière.

La mobilité dans l'assurance

La place des femmes dans l’assurance

60,7% des salariés de l’assurance sont des femmes, soit un taux quasiment identique à celui de l’an passé (-0,1 pt).

Evolution de la part des femmes dans les effectifs dans l'assurance

La part des femmes parmi les cadres est globalement passée de 45,7% en 2010 à 51,4% en 2020.

Au sein de la classe 5, premier niveau du statut cadre, la place des femmes tend graduellement à correspondre au poids qu’elles occupent dans la population totale de l’assurance (-3,2 points). Si un décalage plus conséquent demeure dans les autres niveaux cadre, les rattrapages mis en œuvre pour parvenir à la parité vont croissant selon la classe de fonction : +5,4 pts pour la classe 5 ; +6,4 pts pour la classe 6 et +7,1 pts pour la classe 7.

Parmi les cadres de direction, la part des femmes est progressivement passée de 1/4 à 1/3 en l’espace d’une décennie.

Evolution des femmes cadres par classe dans l'assurance

Le télétravail dans l’assurance

Le télétravail, dont bénéficiaient déjà 23,5% des salariés de l’assurance avant la crise, continue sa progression exponentielle : 53,1%.

Hors périodes contraintes, la durée moyenne passe de 43 jours à 75 jours avec, toujours, une appétence plus marquée chez les cadres (62,2% télétravaillent en moyenne 79,3 jours versus 43% et 68,1 jours pour les non cadres).

A noter toutefois que l’importance relative de la population commerciale, peu éligible à cette modalité d’organisation du travail, explique en partie ce constat.

Le télétravail dans l'assurance